Tagué: Centre Pompidou

Ce que m’a appris la semaine…

… C’est que le Web offre toujours, à un moment ou un autre, le projet qu’on attend. Ainsi, Wikimédia France à annoncé l’ouverture de son DBpedia à la française (SemanticPedia), permettant ainsi au monde francophone d’espérer dans les prochains mois un saut qualitatifs autant que quantitif des projets sémantiques autour de données libres. Peut-être cette annonce pourra-t-elle avoir un impact sur certains des projets du Centre Pompidou d’ailleurs?! À n’en pas douter, j’aurai l’occasion d’en reparler.

Mais cette semaine, c’est d’une expérience un peu particulière dont je voudrais parler. Peut-on la qualifier d’exceptionnelle?  J’espère que non ; peut-être de prototype ?!
Il s’agit de la première rencontré entre « influenceurs » qui a eu lieu au Centre Pompidou. Ce n’est pas une rencontre isolée puisqu’elle s’inscrit dans la démarche de co-construction si chère aux membres du Service Multimédia. Ce qui la rend si importante à mes yeux, c’est aussi qu’elle marque une volonté forte de l’institution et de ses représentants d’entrer de plain pied dans les cultures du Web.

Pourquoi une telle affirmation?  Cela tient déjà des quelques occasions manquées qui ont précédées celle-ci. Je me souviens par exemple d’un pilotage depuis l’extérieur d’une rencontre qui finalement n’avait pas eu lieu : je reste persuadé que fussent-ils fondés, tous les conseils du monde ne peuvent remplacer une démarche immanente. Car une institution comme la nôtre est plus qu’ailleurs encore mue par ses propres dynamiques. Mais ce sera assurément le sujet d’une autre chronique.
Cette affirmation, donc, je la tiens aussi de ce que j’ai pu observer pendant le petit déjeuner. Et ces observations méritent à elles seules qu’on s’y attarde un peu.

À quelques pas de la grande loge où se tenait notre petit déjeuner, les agents du Centre démontaient le studio de Guy Maddin où pendant le Nouveau festival ont été tournés 10 scénarios « perdus » devant les yeux du public. Est-ce le onzième qui s’est joué devant moi, un scénario que je n’avais pas imaginé?
Globalement, les acteurs étaient assez proches de ce que j’avais pu penser en organisant la rencontre. Avec l’équipe, comme toujours, nous avions veillé à l’équilibre des rôles afin qu’aucun ne se sente seul et puisse dialoguer, pour respecter la complémentarité des points de vue et des expertises. Une partie de l’équipe était là (il ne fallait pas donner l’impression d’être supérieurs en nombre) et la directrice de la communication avait souhaité être présente.
J’imaginais assez bien chacun grignoter une viennoiserie et, un verre de café à la main, palabrer sur sa vision du Web et la conformité à celle-ci de nos projets numériques dont nous aurions distillé des éléments au fil de la conversation. Mais en réalité, l’assemblée était peut-être moins à l’aise et a investi les fauteuils de la salle avant que notre directrice ne prenne la parole.

Nous voulions montrer comment notre projet s’inscrivait dans la lignée de l’esprit du Centre Pompidou. Je crois que cette idée à été bien comprise àla suite de l’intervention de notre directrice (je reviendrai sur le contenu même de ce petit déjeuner dans un autre article). Cette prise de parole était classique, et même si j’ai eu peur du ton qu’elle pourrait donner à la rencontre, il s’est avéré qu’elle fut fort utile et qu’elle a réellement permis de structurer les débats qui ont suivi.
Mais nous voulions avant tout échanger et comprendre comment notre projet, nos orientations futures, étaient perçues avec un regard extérieur. Nous nourrir de ces approches dégagées de toutes contingences internes pour toucher du doigt l’absolu (je plaisante)… Plus sérieusement, pour revenir concrètement aux lignes de forces qui guident notre réflexion. C’est pourquoi nous avons ensuite discuté sur un mode plus informel, en mobilisant d’abord ceux qui étaient proches du Centre, puis en élargissant très vite les thèmes. Les participants sont très vite entrés dans la conversation et si nous n’avons pas été étonnés de ce qui a été dit, nous avons renforcé nos convictions et entrevu de nouvelles façons de percevoir notre propre action.

Ce qui m’a le plus plu, le plus étonné dans cette rencontre, pour parler vrai, c’est que notre institution soit capable à travers les volontés individuelles de ceux qui y travaillent, quel que soit leur poste ou leur fonction, de s’adapter à l’esprit du Web. La chose n’est pas facile, et même si indirectement j’ai alors été moqué par un camarade, je continue comme lors de la Social Média Week parisienne d’affirmer que le Web n’est toujours pas compris par les institutions culturelles car elles ont seulement acquis le fait qu’il leur fallait un site internet, sans même en savoir quoi faire – une différence notable avec les administrations, qui y ont au moins trouvé une fonction de réduction des coûts.

Suis-je trop corporate si je dis ça ? Je pense cependant sincérement que notre institution a depuis quelques années déjà posé les bases. Elle s’est dotée de moyens pour les rendre concrètes. Vient maintenant le temps pour chacun de faire entrer ce concret dans sa pratique. Nous avons tout fait dans la structure de nos projets numériques pour que la transition se fasse en douceur, que l’outil numérique ne soit pas une contrainte supplémentaire. Il faut en effet faciliter la transition vers le numérique à la mesure de l’enjeu de celle-ci : le changement complet de pouvoir qu’il engendre, la destitution de l’institution de son rôle de prescripteur. C’est cela qui est compris, et qui peut faire peur – je le comprends, au-delà même de ceux qui simplement voudraient garder simplement les attribus de leur pouvoir.

Mais ce qui se joue au Centre Pompidou, c’est justement la prise en main par tous les corps de métier, à la tête comme à la base, de ces enjeux dans le respect des philosphiesdu Web. Si notre directrice de la communication voulait être présente, c’était bien pour prendre la mesure de ce qui est nouveau et révolutionnaire dans la démarche numérique du Centre. Il semble normal que notre équipe numérique elle-même soit capable de jauger ces changements et leur impact – quoi que certaines équipes sont encore à la recherche d’une image numérique plutôt que d’une pratique. Il faut noter dans notre histoire, et cela trouve son intérêt dans les structures fortement hiérarchisées, qu’une impulsion est venue d’en haut. Mais ensuite, ce sont bien les projets, rendus concrets au fil du temps, qui ont fait frissonner le corps de notre institution.
En construisant avec chacun les chaînes d’alimentation, en élaborant les projets dans l’échange, l’envie de connaître s’est répandue depuis la base jusqu’à la tête des équipes. En deux ans, l’envie du numérique à remplacé la peur du changement.
Ce petit déjeuner, c’est un nouvel acte de cette pièce. Il n’y a ni destin ni tragique, ni scénario préétabli : il n’y a qu’un travail où, à tout niveau, il ne faut pas se croire maître de son outil mais acteur de l’histoire qu’il va permettre de raconter, ensemble. Les enjeux que porte le numérique sont déjà des enjeux internes, qui dépassent de loin les questions économiques mais interrogent fortement les rapports disciplinaires et hiérarchiques.

Bon, il y a quand même des compétences techniques qu’on ne peut pas remplacer. Là preuve: cette semaine j’ai appris ce qu’était un « nas » !
Et la semaine prochaine? J’ai comme l’impression qu’elle sera baignée de préoccupations éminemment matérialistes… Je vous dirai si c’est le cas!

Publicités

Ce que m’a appris la semaine…

… C’est que Facebook allait imposer sur un temps très court un changement profond de l’apparence de ses pages fan. Une façon de faire qui se radicalise un peu plus par rapport à ses anciennes pratiques et qui montre peut-être un peu de fébrilité face aux gages nécessaires à donner pour maintenir son écosystème.

Mais ce que m’a aussi apporté la semaine, c’est une bonne dose d’adrénaline. Autour de deux projets actuels principalement, nous avons été confrontés au besoin de faire vite et bien, notamment pour organiser un concours dans le cadre du nouveau festival du Centre Pompidou. Virtuel ? Notre activité s’est retrouvée pourtant confrontée à des contraintes bien physiques (lieu, temps…) et a mis à rude épreuve une organisation que nous rodons à peine.
Car dans ces cas là, il est inestimable de pouvoir compter sur une équipe efficace. Lorsqu’on a une équipe avec soi, la différence se fait nettement sentir car, tout à coup, les choses se font. Ma frustration d’avoir longtemps été seul, sans relais de mon action, à vite été effacée par le plaisir d’un travail commun, basé sur une grande flexibilité d’esprit et des routines de travail qui permettent d’avancer efficacement en construisant de la nouveauté.

Notre méthode consiste tout d’abord, à aller chercher ce que nous appelons très mal à propos les influenceurs. Car en effet, le but est de pouvoir prévenir une série ciblée de personnes qui pourront être intéressées ou se faire le relais de l’événement qu’on propose. Mais justement, notre angle n’est pas tellement l’influence, même si c’est un facteur qui rentre en ligne de compte, que la qualité des contenus que produisent ces personnes.
Il nous manque encore pas mal d’outils, et il est difficile de panacher entre influence et qualité, mais nous nous y essayons et modifions de manière empirique nos approches selon les cas. Ce travail de reconnaissance, c’est celui que mène Aurore, principalement. Il est essentiel car il est à la base de l’échange qui doit se produire sur les réseaux sociaux.

Vient ensuite la mise en place des éléments plus concrets.
Nous avons pour le jeu concours utilisé des grands classiques et mis en place un pool sur Flickr. Tout ne nous a pas convaincu dans l’utilisation de cette plateforme – notamment Thomas, qui est plus en charge de cette partie. Mais je pensais qu’il était essentiel dans le cadre qui est le nôtre de reprendre des dispositifs communs, des dispositifs traditionnels qui auraient permis aux internautes de s’y retrouver. Le concours photo, c’est Flickr ou rien, non?

J’avoue que cette démarche est un peu contraire à ma position habituelle : diversifier les plateformes, ne pas proposer ce qui est proposé partout ailleurs (ou en tout cas « pas que »).
Mais le contexte était ici particulier. En effet, en nous basant sur les groupes d’influenceurs que nous avions cibles, sur le temps et les contraintes précises de cette activité dans le cadre du Nouveau festival, nous avions fait le choix de perturber le rythme habituel de ces concours photo et de proposer un temps ultra court. Il nous fallait être dans la continuité des autres concours photo, mais aussi dans l’esprit du Centre Pompidou, où la prise de photographie est autorisée partout a priori, sauf dans les espaces signalés (souvent à la demande des artistes ou des ayants-droits qui y sont exposés). Le jeu concours photo était une bonne idée! Mais elle est arrivée un peu tard.
Il nous restait donc le choix de mettre un maximum d’effets sur un événement, de proposer à des gens de venir physiquement nous rencontrer, en essayant de mettre en place des visites avec les médiateurs à cette occasion spéciale, etc. Des choses plus efficaces auprès d’une communauté acquise que de nouveaux groupes.
Tout était en place, avec une grande efficacité.

Et là… je me suis refusé à ne pas faire participer à cette organisation tous ceux qui auraient dû en faire partie dans le cadre d’un fonctionnement normal (à force de faire autrement, l’institution détruit l’efficacité qu’elle peut avoir). Mais certains corps de métier n’ont pas vocation, de manière structurelle, à travailler sur le temps court. Ainsi, les complexité des droits de reproduction des oeuvres ont entraîné des craintes qu’il aurait fallu rassurer par un long travail de balisage juridique et par des prises de positions hiérarchiques qui n’ont pas encore eu l’occasion d’être explicites. Ce manque de temps à empêché le concours de se réaliser et nous avons communiqué sur le fait que le concours était annulé dans le cadre du Nouveau festival et que nous en proposerions un autre prochainement.

Ce cas d’école tend à montrer qu’il est impossible de mettre en place une stratégie sociale sans une vraie équipe, dont chaque membre porte un aspect essentiel. Le travail de Community management ne peut pas être un travail solitaire car il nécessite de faire appel à de nombreuses expertises différentes qu’il faut regrouper et organiser. Souvent, ce travail est réalisé en bout de chaîne. Peut-être est-ce un biais de l’organisation interne au Centre Pompidou, mais le fait que le Community management ait longtemps été réalisé par la même personne que le webmastering à renforcé l’idée fausse qu’il s’agit d’un simple média fonctionnant sur le modèle de la seringue hypodermique : un contenu poussé dans un média entraînant forcément une réaction d’adhésion. S’il est déjà parfois difficile d’avoir ces contenus, être inclus dans la chaîne de production relève du défi (là encore, est-ce un biais, car nous ne sommes pas producteurs ?).

Cette semaine fut donc celle de l’apprentissage du Community management de crise – d’autant que j’aurais sûrement l’occasion de revenir sur les autres éléments de la semaine qui occuperont les prochaines également!

Ce que m’a appris la semaine…

… outre que déjà au sortir du moyen-âge, les architectes avaient cherché à rendre leur langue compréhensible de chacun, en n’utilisant plus le latin mais la langue vernaculaire pour transformer leur pouvoir en un consensus auprès du plus grand nombre. Comme quoi, il y a des flux et des reflux des buts de l’architecture jusqu’à Jean Nouvel !

Mais de manière moins littérale, j’ai aussi été confronté à tout ce qu’il pouvait y avoir de frustrant dans la volonté d’innover.
Initiant ce journal réflexif sur mes pratiques de muséogeek, je me suis dit que livrer quelques idées d’entrée de jeu sur l’échec semblait être une approche suffisamment cynique pour me refléter. J’ai donc passé mon week-end à manger un gros pot de glace aux cookies (ma caution à la culture américaine) en établissant une pensée se structurant petit à petit.

Bien sûr, la facilité était à portée de cuillère, et le début du pot me la servait accompagnée de la fine couche de givre qui trahit immanquablement la mauvaise réfrigération de mon congélateur. A n’en pas douter, la méchante institution mangeuse d’hommes m’avait broyé, concassé en plein rêve, fait de mes ambitions – forcément désintéressées et intelligentes – un champ de désolation. Mais une fois sur le palais, cette première bouchée était inconsistante, et il me fallu bien me rendre à l’évidence : l’institution n’y est pour rien, elle n’est qu’un cadre dans lequel se jouent tous les (im)possibles. Jeu sérieux issus d’une forme un peu ancienne de gouvernance culturelle, l’institution n’est coupable que de ce que les hommes à son contact en font. Remettre en cause l’institution, c’eût été me remettre en cause personnellement… Et pour ça, j’avais encore un pot entier devant moi : il était trop tôt.

Arrivé à la moitié du pot, la drogue douce du chocolat me rendit l’esprit un peu plus clair. Ce n’était pas l’institution qui était en cause, mais le monde. Un gigantesque complot mondial contre l’innovation devait avoir été mis en place. A coup sûr, utilisant les armes de la dialectique pour imposer ses visions antihumanistes, ce groupe anonyme devait empêcher l’esprit d’évoluer, l’humain d’entreprendre. Il est assez évident de constater que les grands moments d’innovation se font toujours lorsqu’un groupe a le dos au mur. Un pays innove énormément, investit en temps de guerre. Une société tente souvent une nouvelle approche de son marché pour éviter la déroute. C’est quand plus personne n’a le contrôle que tout peut advenir ? Quand les bases d’un système pensé solide vacillent qu’on cherche à le faire évoluer ?
Peut-être faut-il laisser les choses aller en se dégradant pour apporter ensuite ses idées comme des bouées de sauvetage ? Mais à partir de quel niveau de responsabilité cette stratégie de la terre brulée serait-elle valable ? Et pourquoi devrait-on conduire une telle politique dans le monde de la culture, lieu de tous les dialogues ?

Arrivé à la moitié de mon pot, je naviguais donc entre le délire du complot et la douce naïveté anti-machiavélique dont je me suis toujours fait le chantre. Mais ayant dépassé cette ligne de démarcation fatidique, je commençais à être écoeuré. Écoeuré de me rendre compte de tout ce qui stagnait autour de moi… Toutes ces belles choses prêtes à éclore, portées par des gens formidables, qui devaient attendre que le temps de l’inertie passe pour voir le jour.
Je n’avais pas tout à fait quitté mon état candide, mais je repensais à présent aux enjeux humains portés par le changement et que le changement pouvait porter. L’esprit d’innovation n’était peut-être pas ce qui manquait le plus. Ce qui faisait défaut, c’était l’envie de la mettre en oeuvre, la vision qui devait sous-tendre une stratégie efficace qui pourrait porter loin les beaux projets des uns et des autres. Il faut réussir à sortir des cadres, réussir à échapper aux contraintes qui existent de part et d’autre et qui réenclanchent les vieilles habitudes. Les habitudes de penser autant que les habitudes de faire, les petites compromission avec sa volonté d’aller plus loin et de faire autrement, concédées à sa peur de ne savoir où l’on va.

Bizarrement, les dernier morceaux de cookies me donnaient une acuité toute nouvelle sur ma situation. Il était vrai que l’institution était en cause. Et il était vrai que globalement, quelque chose de pourri sévissait en royaume humain, autant qu’une force d’innovation qui donnait foi en l’humanité. Mais le liant de toutes ces expériences était en réalité ce qui faisait tenir les choses entre elles. Ce qui les figeait ou les mettait en mouvement. Le liant, la vision, la stratégie… en d’autres mots la politique culturelle. Elle venait de se dévoiler, agissant à tous les niveaux et je l’avais négligée.
L’échec, ce n’est pas une remise en cause de soi – de son identité. L’échec est toujours une remise en cause de notre capacité à lire le monde, à comprendre non pas les faits bruts, mais la force qui les agence les uns aux autres, dans la dynamique ou l’immobilisme.

Ah, et j’ai aussi appris quelques petites choses : ne pas couper les gens quand ils parlent, leur dire qu’ils ont raison meme quand ils ont « objectivement tort » (c’est-à-dire « tort d’après moi ») et être patient en attendant… La semaine prochaine devrait donc être l’occasion de mettre tout ça en pratique ! Bon, ça je vais essayer, mais je suis pas sûr d’y arriver.