Tagué: fracture numérique

De l’autre côté de la fracture numérique…

Selon la place qu’on occupe, l’accès au numérique se pense de manière différente. L’homogénéité des populations cibles n’est pas toujours une donnée à laquelle on peut se raccrocher. Par exemple, lorsqu’on traite du numérique culturel, on se trouve souvent proche d’une population socioprofessionnelle homogène, ou au moins avec des aspirations communes. Engager ces populations dans le numérique n’est pas toujours une chose aisée, y compris d’un point de vue matérialiste ; il ne reste cependant souvent qu’à donner une pichenette pour enclencher un processus en germe.

Mais la cible d’un projet numérique n’est pas toujours celle-là, et plutôt que de les approcher via des pratiques communes vous pouvez avoir besoin de les approcher par des données géographique : c’est le cas quand vous ciblez un territoire, et là, l’affaire est bien différente ! L’investissement des populations dans ces pratiques numériques n’est plus du tout un horizon commun et peut même être un facteur de différenciation fort entre les sous-groupes de cette population, selon les cas. Toujours d’un point de vue matérialiste, cela se concrétise par une disparité dans l’équipement… une fracture de l’équipement numérique.

L’équipement pour soi ou pour la communauté ?

Les quelques lignes que j’écris ici sont un court questionnement à propos de ce que doit être le travail des autorités publiques, notamment à l’échelle locale, dans la réduction de cette fracture. Je reviendrai plus tard sur l’a priori qui consiste à dire qu’il faut que les populations accèdent au numérique – ce sera un débat en soi, à n’en pas douter.

On peut tout d’abord se poser la question du type d’équipement dont l’accès doit être rendu plus facile : doit-il être privé ou public ? Forcément, il est des données à prendre en compte : l’équipement privé a déjà beaucoup progressé pour atteindre en France un taux maximal dans certaines CSP concernant par exemple l’accès à internet. Ainsi, privilégier l’équipement purement public pour les autres CSP reviendrait peu ou prou à faire de l’accès à celui-ci un marqueur discriminant. A moins d’en valoriser l’usage collectif, autour de pratiques qu’il reste à inventer et pour lesquelles il faudrait faire un gros travail de construction symbolique. L’enjeu est de taille mais me semble extrêmement intéressant, notamment car un usage de l’équipement public pourrait permettre de repenser une partie de la question du tracking sur internet, en lien avec le concept de big data : la donne serait bien différente si du jour au lendemain l’économie du web se voyait privée de sa ressource la plus importante, à savoir les données personnelles. Non pas que ces données disparaîtraient, mais l’usage collectif pourrait impliquer tout à coup un contrôle individuel de celles-ci.

Reste à définir ce que pourrait être cet usage collectif : l’idée d’un réseau pervasif, fait d’écrans sans cesse disponible, peut créer un imaginaire fécond. Cependant, ce type de réseau repose pour l’instant sur des écrans individuels… Sans avoir donc réglé la question du symbolique, on en retour très vite à la celle matérialiste de l’équipement, de l’investissement.

Le retour sur investissement

La question du financement de l’équipement, qu’il soit public ou privé, est de fait un point important. Si l’équipement privé, même subventionné, peut paraître moins coûteux à la collectivité, cela ne semble pas une donnée pérenne. En effet, le coût de fonctionnement d’un dispositif de subvention pourrait être lourd si l’on choisit de créer et contrôler des critères d’accès qui en éloigne les CSP+ – notons d’ailleurs que cette ségrégation peut aussi être discutée. D’autre part, si l’équipement privé devient obsolète trop rapidement, le financement est à perte et aucune économie d’échelle n’est possible. Sans compter que les choix privés d’équipement peuvent suivre des logiques très différentes qui ne construiront pas un paysage homogène et poseront donc des problèmes lors du déploiement d’une vraie stratégie industrielle autour des usages du numérique.

Je ne reviendrai pas longtemps sur le coût qui incomberait à une équipement public, qui me semble assez évident, tant du point de vue de l’investissement initial que de la maintenance de celui-ci. J’avoue qu’en réfléchissant à certains leviers, comme celui de l’école, cette stratégie me semble viable au moins dans un premier temps pour réaliser des études et des test grandeur nature. Je m’inscris cependant tout de suite en faux quant aux politiques d’équipement publiques qui consistent à donner des iPad et autres ordinateurs aux lycéens ou collégiens ! Si l’initiative mérite qu’on s’y penche pour l’étudier, elle manque de finesse : quel est réellement l’impact à court, moyen et long terme dans l’usage numérique des bénéficiaires et des familles ? D’autre part, quel est le poids symbolique de ce « cadeau » venu de l’institution là où certaines pratiques numériques se réalisent justement pour ces adolescents dans ce qu’ils imaginent (à tort ?) comme un non-lieu émancipateur.

Prenons garde en effet à ne pas considérer les seuls coûts économiques lorsqu’on parle du bénéfice d’un investissement !

Loup et bergerie ne donnent pas un compte de fée

Si l’on prend encore un peu de recul sur le sujet, que ce soit dans une perspective d’équipement public ou privé, il reste évident qu’au moins dans un premier temps la réduction de la fracture numérique permettra d’engager les citoyens dans les logiques actuelles des équipementiers d’une part, et des entreprises commerciales du web d’autre part.

Le premier point, tout d’abord, pose question. Ainsi, la réduction de la fracture serait-elle possible et souhaitable dans ce contexte ? Est-ce à l’état d’investir (indirectement) dans la viabilité économique de ces sociétés ? Doit-on encourager les citoyens à aller vers une pratique qui leur demandera à terme un investissement financier de plus en plus important ? Je ne pense pas qu’il s’agisse là de fausses questions, même si elles peuvent paraître naïves. Il serait par contre naïf de ne pas les poser, et encore plus naïf de croire qu’on peut y répondre par la négative. L’environnement économique porté par l’Europe et le marché mondial basé sur la croissance ne nous y forcent-il pas ? En un mot comme en cent, soyons réalistes et constatons l’état du secteur : on ne peut pas y échapper. Mais le second point va permettre justement de considérer une ligne de fuite…

Car ce second point me semble plus intéressant, plus fécond ! En effet, inscrire les citoyens dans les pratiques numériques en leur permettant matériellement d’y accéder, ce n’est justement pas les convier en tant que spectateurs mais en tant qu’acteur de la construction d’espaces qui restent encore majoritairement à structurer. Bien sûr, les dynamiques dominantes pour toute personne qui ne possède pas un minimum les codes du web restent les logiques commerciales (à l’œuvre également en dehors de cet espace numérique). Mais tout l’enjeu de la réduction de cette fracture numérique serait justement de continuer à injecter des forces vives dans cet espace en mutation permanente, de lui permettre de se nourrir d’un pouvoir imaginaire issus d’une multitude qui « réenchanterait » le rêve numérique. On le voit autour des fablabs et autres lieux de l’économie créative qui n’arrivent pas encore à atteindre un seuil critique d’utilisateurs, hors de leur sphère d’influence logique : il est possible de se saisir des outils numériques et des cultures web pour créer des approches structurellement différentes de la politique, et par là des politiques.

Réduire la fracture numérique, territoire par territoire, par des approches non pas globales mais locales. Tel est selon moi le défi le plus important des cultures numériques activistes qui devraient réussir à atteindre la masse critique des utilisateurs, réalisant un renversement des systèmes de valeur en place. Du numérique culturel, créateur de symboles, au numérique industriel, créateur d’interfaces, il n’y a qu’un pas, qu’il faut aider tous à franchir.

Publicités